samedi 22 janvier 2011

L'histoire de Moïse et des hébreux dans le Coran (partie 2)


Avertissement : Cette partie de l'histoire de Moïse diffère du récit traditionnelle qui est admise par l'ensemble des savants musulmans. La majorité des savants du temps d'Ibn Kathir soutenant que Moïse est mort pendant les 40 années d'errance. Seule une minorité parmi eux soutiennent que Moïse guida les enfants d'israël à la Terre promise après les 40 ans d'errance. Cette histoire soutient que c'est bien Moïse qui acompagna les enfant d'israël en Palestine et ceci grâce aux nouvelles découvertes archéologiques.

La sortie d’Egypte
 Après la délivrance des hébreux et la destruction de pharaon et de son armée qui moururent noyés (Sourate 26, Versets 63-66 ; Sourate 10, Versets 90-92), Dieu s’adresse aux hébreux par l’intermédiaire de Moïse. Il leur donna rendez-vous au flanc droit du mont Sinaï et a fait pleuvoir à leur intention la manne et la caille (Sourate 20, Versets 78-81).

1.      La tentation du veau d’or 

Après avoir traversé la mer, les enfants d’Israël passèrent devant un peuple qui adorait des idoles et dirent à Moïse de leur faire un dieu semblable aux leurs. Le culte de ces gens les conduits à la ruine et tout ce qu’ils font est sans valeur leur répondit Moïse, les traitant d’insensés (Sourate 7, verset 138-139)
Arrivés sur le versant droit du mont Sinaï (Sourate 20, verset 80), Moïse partit pendant 40 nuits à la rencontre de Dieu pendant lesquelles les enfants d’Israël se faisaient du tort en adorant le veau en or (Sourate 2, Verset 51 ; sourate 20, verset 88).
Il demanda à voir Dieu (Sourate 7, verset 147)
Dieu fit le reproche à Moïse d’avoir hâté sa rencontre auprès de Lui, alors que pendant ce temps les hébreux ont été livrés à la tentation, le Samaritain les égarant (Sourate 20, verset 83-85 ; Sourate 2, Verset 51). En effet selon Ibn 'Abbas l'adoration du veau eut lieu après la fuite d'Egypte et avant qu'ils n'arrivent à la Terre sainte.
Lorsque le veau tomba des mains des enfants d’Israël et qu’ils virent qu’ils se sont égarés ils regrettèrent leur acte et dirent « si Notre Seigneur ne nous fait pas miséricorde et ne nous pardonne pas, nous serons du nombre des perdants » (Sourate 7, verset 149)
Malgré cela, Dieu leur pardonna afin qu’ils éprouvent de la reconnaissance (Sourate 2, Verset 52).
Furieux et triste, Moïse qui avait avec lui les Tables des commandements (S.7, V.145 ; S.2, V53) retourna après une absence de 40 jours faire des reproches à son peuple (S. 20, V. 86 et S.7, V.142) et à son frère Aaron. Celui-ci lui répliqua qu’il a craint qu’il l’accuse d’avoir jeté la discorde entre les enfants d’Israël alors qu’ils faillirent le tuer lorsqu’il avait essayé de les faire revenir au vrai Dieu (s.20, v.92-94 ; s.7, v.150 ; s.20, v.90-91). Sur ce, Moïse demanda pardon à Dieu pour lui et son frère (Sourate 7, verset 151).
Moïse expulsa le Samaritain en lui disant de regarder son dieu détruit par le feu et jeté dans les flots (Sourate 20, Verset 97).
Ensuite, Moïse dit à son peuple : « […] Ô mon peuple, Vous vous êtes fait du tort à vous-mêmes en adoptant le culte du Veau. Repentez-vous donc à votre Créateur, tuez-vous, ceci est meilleur pour vous auprès de votre Créateur qui vous a pardonné. Car il est Plein de mansuétude et de clémence » (Sourate 2, Verset 54).
Après que la colère de Moïse fut apaisée, il reprit les Tables qui constituent une direction et une grâce pour ceux qui craignent le Seigneur (Sourate 7, verset 154). Il commença sûrement à enseigner aux enfants d’Israël le contenu des textes des Tables, cependant les enfants d’Israël dirent : « Ô Moïse ! Nous ne croirons pas à ta mission que le jour où nous verrons Dieu face à face ». La foudre s’abattit sur eux les tuants. Puis Dieu les rappela à la vie afin de les voir reconnaissants (sourate 2, versets 55-56).
 Moïse choisit 70 hommes parmi les enfants d’Israël pour aller rencontrer Dieu (Sourate 7, verset 155). Selon certains éxégètes, c’est pour se repentir de leur acte, et pour qu’ils demandent pardon pour ceux qui sont restés en arrière.
Sur le chemin, un cataclysme les atteignit. Moïse invoqua Dieu en  sa faveur et celle de son peuple, demandant son pardon afin de ne pas les faire périr à cause de l’acte des sots (Sourate 7, verset 155).
Dieu répondit que son châtiment tombera sur qui il veut, mais Sa miséricorde qui embrasse toute chose est destinée à ceux qui le craignent, font l’aumône et croient en Ses signes (Sourate 7, versets 155-156).
A propos de la Sourate 2, verset 54 toutes les interprétations disent qu'il y a eut massacre de ceux qui ont adorés le veau, les traductions donnant "punissez de mort les coupables vous-même". Ces interprétations viennent certainement de la Bible qui dit que Moïse fit égorger 3000 hommes de son peuple choisis au hasard (Exode, Chapitre 32, Verset 27-28). A savoir qu'il n'existe pas de hadith remontant au Prophète Muhammad sur la confirmation ou non de ce massacre.

2.      Les refus des enfants d’Israël de combattre et les 40 années d’errance

Moïse rappelle les bienfaits de Dieu sur les hébreux qui a fait d’eux des prophètes et des rois (Sourate 5, verset 20).
Le prophète des hébreux leur demande d’entrer dans la Terre sainte que Dieu leur a destinée, et de ne pas tourné le dos à l’ennemi  sous peine de perte (Sourate 5, Verset 21).
Ce à quoi ils répondent qu’ils refusent d’y entrer car s’y trouve un « peuple redoutable », et qu’ils n’occuperont cet endroit que lorsqu’ils seront sortis (Sourate 5, Verset 22).
Ibn Kathir, dans son livre "L'authentique des récits des Prophètes" à la page 116-117, rapporte que de nombreux exégètes ont rapporté des récits hasardeux et faux rejettés par la raison et les Textes, et il donne l'exemple sur le fait qu'ils étaient immenses et terrifiants. Il dit que ce ne sont là que des stupidités et des légendes qui n'ont aucun fondement.
Deux hommes essayèrent vainement de convaincre leur peuple qu’ils leurs suffisaient de forcer la porte de la ville pour remporter la victoire (Sourate 5, Verset 23).
Les hébreux, qui restèrent sur leur position, répliquèrent à Moïse qu’ils n’y entreront jamais tant que le peuple qu’ils doivent affronter y seront, et allèrent jusqu’à lui dire d’aller combattre lui et son Dieu tandis qu’ils resteront à leur place (Sourate 5, Verset 24).
Sur ce, Moïse invoqua Dieu contre son peuple, hormis son frère qui suit ses ordres (Sourate 5, Verset 25).
« Le Seigneur répondit : « Cette terre leur sera interdite pour quarante ans aux fils d’Israël. Et durant tout ce temps, ils erreront sur terre. Cesse donc de t’alarmer pour ce peuple pervers ! » » (Sourate 5, Verset 26).
Le Coran ne précise pas ce qu’ont fait les enfants d’Israël pendant ces 40 années d’errance. Un passage Coranique qui fut de tout temps énigmatique indique que Moïse partit un jour vers le « confluent des deux mers ».

Où étaient les enfants d’Israël pendant ces quarante années d’errance ?
Pendant ces 40 années d’errance sur terre, Moïse part un jour vers le « confluent des deux mers » (S.18, V.60-82), en Irak, pour apprendre plus de science. Qu’est-ce qui nous permet de l’affirmer ? Le Coran seul ne permet pas d’apporter de réponse.
Il existe un hadith authentique dans le Sahih al Bukhari (Livre de la connaissance, N°122) qui dit qu’un jour le prophète Moïse prononça un discours à l’attention des enfants d’Israël. On lui demanda qui est le plus savant sur terre. Moïse répondit que c’est lui. Dieu lui fit le reproche d’avoir répondu sans avoir connaissance de la réalité et lui apprend qu’il se trouve un homme plus savant que lui. Moïse entreprend donc de se rendre à cette personne avec son valet pour apprendre de lui une part de sagesse. L’homme en question (son nom est al-Khidr) se trouvera là où Moïse perdra le poisson pendant son voyage lui dit Dieu. Moïse prit donc le poisson lors de son départ pour son voyage vers « le confluent des deux mers ». On trouve la suite, en complément et en détaillé, dans le Coran de la rencontre de Moïse et celui auprès de qui il voulait apprendre la science (S.18, V.60-82).
Où se trouve « le confluent des deux mers » (S.18, V.60) ? Maurice Bucaille dans son livre Moïse et Pharaon suggère qu’il ne peut s’agir que de l’embouchure entre le fleuve de l’Euphrate et celui du Tigre, en Irak que l’on nomme le Chatt-el-Arab.  Il débute à la confluence des deux fleuves (mers dans le Coran), au niveau d’une ville nommée Al-Qurnah, à environ 100km au nord-ouest de Bassorah.
Ainsi, le voyage de Moïse n’a pu se passer que pendant les 40 années d’errance des hébreux sur terre à cause du fait que Moïse était accompagné des enfants d’Israël d’une part et qu’ils se trouvaient vers l’Irak à ce moment là. En effet, le fait de voyager une longue distance (sans indication de durée) avec le poisson jusqu’à ressentir une faim qui oblige à envisager de le manger montre bien que le point de départ de Moïse, là ou il laissa les hébreux, ne pouvait être très éloigné du « confluent des deux mers ». D’autant que le poisson en question au bout d’un certain nombre de jours pourrit.  C’est pourquoi les hébreux se situaient probablement en Irak,  et plus exactement à proximité d’un des deux fleuves (Tigre et Euphrate) ou du Golfe Persique à cause de la possession du poisson au moment du départ. Bucaille suggéra que Moïse fit ce voyage pendant son exil, mais ceci est contredit par le hadith authentique de Bukhari.


Quelle était leur mode de vie ?
Le Coran ne mentionne pas de quoi vivaient les hébreux en compagnie de Moïse pendant ces 40 années d’errance. On peut raisonnablement penser qu’ils avaient adopté la vie des nomades et qu’ils acquérir comme eux des caprins et des ovins, animaux indispensables pour la survie dans le désert.


3.      Le retour et l’installation définitive en Palestine des enfants d’Israël 
 Après ces quarante années, ils revinrent en Palestine pour s’y installer. Comme ils avaient refusés de combattre la première fois, Dieu leur donna un village vide d’habitants (peut-être abandonné), ils y trouvèrent de la nourriture :
 (Sourate 7, verset 161) Et lorsqu’on leur dit : « Habitez [installez-vous dans] ce  village et mangez, partout  où vous voudrez, des produits qu’elle vous offre. Dites seulement : « Seigneur, pardonne-nous ! » et franchissez en vous prosternant la porte de la ville ! Nous vous absoudrons de vos péchés et donnerons encore davantage aux plus vertueux d’entre vous ! ».
Une remarque s’impose : On trouve des différences avec la Sourate 2, Verset 58 ou Dieu leur ordonne d’entrer (et non de s’installer) dans ce village et le mot produit est remplacé par fruits.

Dans ce village il n’y avait pas d’eau, puisqu’au verset suivant Moïse demanda à Dieu d’étancher la soif de son peuple. Ce à quoi Dieu dit à Moïse de frapper de son bâton un rocher d’où douze sources jaillirent :
(Sourate 2, Verset 60) Souvenez-vous quand Moïse demanda de l’eau pour son peuple assoiffé. Nous lui dîmes : « Frappe le rocher de ton bâton. » Aussitôt douze sources en jaillirent et chacune des douze tribus sut exactement où elle devait boire. « Mangez, buvez des dons que Dieu vous octroyés, mais ne semez pas le désordre sur terre ! »
 (Sourate 7, verset 160) Nous répartîmes les fils d’Israël en douze tribus formant autant de nations. Lorsque le peuple de Moïse, assoiffé, lui demanda à boire, il lui fut révélé : « Frappe le rocher de ton bâton. » Aussitôt douze sources en jaillirent ; et chaque  tribu sut où elle devait se désaltérer. Et Nous étendîmes sur eux l’ombre d’un nuage et fîmes descendre sur eux la manne et la caille. « Mangez de ces purs aliments, don de votre Seigneur. » Ils ne furent point, en vérité, injustes envers Nous : Ils se firent tort à eux-mêmes.
Ibn Kathir cite ces passages du Coran où naissent les 12 sources pendant les 40 ans d'errance dans le desert. Cependant, Moïse leur dit de descendre dans n'importe quelle ville pour avoir ce qu'ils demandent (S.2, V61), ce qui prouve qu'ils étaient en hauteur probablement d'une montagne. 
Nous apprenons à la sourate suivante que les hébreux qui en avaient assez de manger la même nourriture (la manne et la caille) demandèrent à Moïse d’invoquer Dieu pour qu’il fasse pousser pour eux des variétés de légumes. Ce à quoi Moïse répondit que ces nourritures sont moins bonnes que celle qui vient de Dieu. Il leur dit de descendre en Egypte (ou dans n’importe quelle ville selon d’autres interprétations) pour trouver ce qu’ils souhaitent. Dieu les punis par l’humiliation et l’indigence :
 (S.2, V61) Souvenez-vous du jour où vous avez dit à Moïse : « Nous en avons assez de manger une seule et même nourriture ; prie ton Maître pour qu’il fasse pousser pour nous, entre autres légumes, des concombres, de l’ail, des lentilles et des oignons. » « Echangerez-vous donc, répondit Moïse, ce qui est meilleur contre ce qui est moins bon ? Eh bien, descendez en Egypte [ou dans une ville quelconque], vous y trouverez, certes, ce que vous souhaitez. » Dès lors, ils furent frappés d’humiliation et d’indigence ; et la colère de Dieu s’abattit sur eux pour n’avoir pas voulu croire à Ses signes et pour avoir tué injustement Ses prophètes. Telles furent les suites de leur transgression et de leur désobéissance. »
La Sourate 2, Versets 67-71 qui suivent indiques qu’un certain temps après leur installation, très probablement prés des 12 sources, ils acquirent de nombreuses vaches par la grâce de Dieu pour travailler la terre. Moïse leur ordonna un jour de sacrifier la meilleure d’entre elles. Celle qui n’était pas assujettie aux labours, ni à l’arrosage des champs, et qui n’avait aucune infirmité ni tache sur la robe. Ils finirent par immoler la vache, non sans hésitation.
Ce qui est certain, c’est qu’archéologiquement 11 villages furent créés de toutes pièces. Pour la 12ème il subsiste un doute ; la 12ème tribu a-t-elle  créée son propre village près d’une des 12 sources ou est-elle restée dans la cité abandonnée dont l’une des sources passait peut-être prés d’elle ?
Mais d’abord, est-il possible de situer géographiquement l’endroit de l’installation des hébreux dans cette cité abandonnée ?



Emplacement géographique du prophète Moïse et des enfants d’Israël
En alignant toutes les indications Coraniques, riches en détails, sur l’installation des hébreux dans la cité abandonnée, nous allons tenté de situer son emplacement géographique :

·         Données Coraniques en détails 

  •   La sourate 7, verset 161 indique qu’ils s’installèrent dans un village inhabité disposant d’une porte d’entrée principale et de jardin puisque de nombreux fruits et/ou produits y avaient poussés.
  •   La sourate 2, verset 60  indique que sur ce lieu, il n’y avait nulle eau. Moïse frappa de son bâton un rocher d’où jaillirent douze sources.
  •   La sourate 2, verset 61 indique que se trouvait une cité habitée proche de la cité abandonnée (qui est l’emplacement des enfants d’Israël), en descendant de cette montagne, où l’on pouvait trouver des variétés de légumes pour l’agriculture.
  •   La Sourate 2, Versets 67-71 indique qu’ils devinrent par la suite des agriculteurs et acquérir de nombreuses vaches. Moïse leur ordonna un jour de sacrifier celle qui était non assujettie aux labours, ni à l’arrosage des champs.
  • La Sourate 7, Verset 160 indique que les enfants d'Israël étaient divisés en 12 tribus formant autant de communautés.

·          Données archéologiques sur les Monts de Judée

Cliquez ICI pour voir la suite dans un autre article



Nombre d’hébreux 

Nous savons maintenant que les  hébreux s’installèrent pacifiquement à Hébron, un très grande cité dont la superficie se situe entre 5 et 10 hectares (p.200).
Nous savons aussi que 15-25 hectares correspondaient à 3000-4500 habitants selon les méthodes de calcul des archéologues pour les 17-18 villages. Donc le 18ème village faisait 10 hectares à lui tout seul. Ce village ne peut-être que Hébron, la seule cité capable de faire autant de superficie, puisque Khirbert Rabûd qui était la deuxième plus grande cité des monts de Judée après Hébron ne faisait qu’un hectare de superficie. On en déduit que pour une superficie d’Hébron de 10 hectares, le nombre maximum d’hébreux à s’y installer était de 1500 personnes.
Aussi, selon les données archéologiques (p.108), au XIème siècle avant notre ère il y avait 1250 habitants dans les monts de Judée, ce qui veut dire qu'ils étaient encore moins nombreux au XIII ème siècle avant notre ère. Ceci implique que les hébreux étaient moins de 1250 personnes. En utilisant un autre raisonnement, l'historien André Lemaire arrive à la conclusion que les hébreux étaient entre quelques centaines à un millier environ ( voir wikipedia).
La sourate 26, verset 53-54 confirme ces chiffres : "Pharaon dépécha des envoyés dans toutes les villes pour proclamer : Ils ne sont en fait qu'une bande peu nombreuse".

Pour voir le tableau de comparatif entre archéologie et Coran (points communs) cliquez ICI.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour l'information

abdAllah Hussein a dit…

Je viens de mettre à jour l'article en rajoutant les informations et image sur les des altitudes du mont Hébron et du mont Halhul qui se trouvent être les plus élevés de Palestine. Donc ce n'est pas étonnant si Moïse avait pris la décision de s'installer autour de ce lieu pour parler à Dieu ;-)

abdAllah Hussein a dit…

Bonjour, pour le lieu d'installation de Moïse et des Hébreux, je viens d'effacer une bonne partie de mon texte pour le substituer par un autre dans un autre article parce que trop long. L'enquête est encore plus poussée ! J'espère que cela plaira aux lecteurs :-)

Anonyme a dit…

Bonjour,
qu'en est-il du hadith qui parle de ça: L'imam Ahmad a rapporte, d’après Abu Hurayra, que
l'Envoye de Dieu, sur lui la grâce et la paix, a dit : « Le soleil
ne s’arrêta pour aucun homme a l'exception de Josue fils de
NUn lorsqu'il marcha contre Jérusalem (bayt al-maqdis) ». Ce
hadith prouve que c'est bien Josue fils de Nun, et non Moise
qui conquit Jerusalem, et que Ie soleil fut arrêté lors de la
conquête de Jerusalem et non celle de Jericho comme Ie prétendent
les gens du Livre.
n'est-il pas authetique au final?

abdAllah Hussein a dit…

Bonjour, je vous ai répondu ici :
https://la-verite-sur-l-islam.blogspot.fr/2017/03/ma-reponse-une-question-dun-anonyme.html?m=1